Mise en conserve : conseils et inspiration

Hubert Cormier

Hubert Cormier

5 Octobre 2017

L’automne et le retour du temps frais est synonyme de la fin des récoltes. Afin d’optimiser le fruit de nos jardins dument entretenus tout au long de l’été, la mise en conserve est souvent de mise. Alors que la venue de certains légumes se fait longuement attendre, il n’est pas rare que ceux-ci, une fois bien mûrs, abondent. Voici quelques conseils afin d’éviter le gaspillage grâce à la mise en conserve.

Sécurité 101

Le plus grand danger avec la mise en conserve est l’infection au Clostridium botulinum. En cas d’ingestion d’aliments contaminés, il est possible de contracter le botulisme. Le botulisme est une affection paralytique rare causée par l’ingestion d’une neurotoxine (toxine botulinique) qui se retrouve dans les aliments contaminés. Afin d’assurer une conservation adéquate, la mise en conserve doit être faite de manière sécuritaire. Alors que le traitement à l’eau bouillante est adéquat pour certains aliments, d’autres nécessitent un traitement complet à l’autoclave. L’autoclave est un instrument conçu spécialement pour la mise en conserve. Ce dernier permet l’élimination complète des risques de contamination par le traitement à la chaleur et à la vapeur d’eau sous pression. Si vous avez l’habitude de faire des converses, vous pouvez vous le procurer en grandes surfaces ou dans les magasins spécialisés pour la cuisine. Le niveau d’acidité des aliments est donc le critère qui déterminera de la technique à employer pour la mise en conserve. En effet, les aliments faibles en acidité (viande, poisson, légumes, sauce à spaghetti) nécessiteront un traitement à l’autoclave alors que ceux qui sont plus acides (fruits) pourront être scellés à l’eau bouillante.

Inspiration

La sauce à spaghetti et les cornichons sont des classiques de la culture québécoise. Cependant, sachez qu’avec un peu de créativité et d’inspiration, vous pouvez mettre en conserve une belle variété d’aliments pour la saison froide. En voici quelques exemples :

Conserve de gibier : Pourquoi ne pas conserver les produits de la chasse en conserve. Ainsi, lorsque vous aurez envie de les apprêter pour le repas, ils seront disponibles, sans décongélation préalable. Vous pouvez mélanger différentes sortes de viandes dans le même pot afin d’optimiser les saveurs et qualités nutritives.

Chutney (pomme et rhubarbe) : Le chutney est une sauce de type « aigre-douce » qui accompagne les mets de la cuisine indienne ou africaine (typiquement). À la base, le chutney contient une bonne quantité de poivrons verts, auxquels divers fruits, légumes ou herbes fraîches sont ajoutés. Par exemple, vous pouvez vous laisser tenter par un chutney pomme et rhubarbe ou mangue et menthe. Inspirant non ?

Pesto de betteraves : Idéal pour assaisonner vos pâtes ou pour napper les pizzas, le pesto de betteraves permet également de rehausser la couleur de vos mets. Entre vous et moi, les betteraves marinées de votre belle-mère tireront avantage de ce vent de nouveauté.

Confitures : Les confitures maison ont l’avantage d’avoir une teneur en sucres contrôlée. En effet, les formules du commerce sont souvent beaucoup trop riches en sucres ajoutés. En les préparant à la maison, il est possible de réduire cette quantité tout en utilisant les fruits de saison. Varier les fruits et les assaisonnements permet d’avoir une belle variété de saveurs pour les matins à venir.

Quoi qu’il en soit, si vous avez une quantité importante de fruits ou légumes en provenance de votre jardin, informez-vous sur la façon de les apprêter. Il y a fort à parier que vous trouverez une façon originale de les mettre en conserve.

publications

Book an Appointment

×