Traitement nutritionnel de la gastro-entérite

Hubert Cormier

Hubert Cormier

13 Février 2019

La gastro-entérite est une infection du tube digestif qui provenir d’une bactérie, d’un virus ou d’un parasite. Outre la diarrhée et les vomissements, la fièvre et les douleurs abdominales peuvent également être au rendez-vous. Ces symptômes sont généralement de courte durée et peuvent parfois être très incommodants. Ces derniers provoquent souvent un état de déshydratation ainsi qu’une perturbation au niveau des électrolytes et de l’équilibre acidobasique si des précautions ne sont pas prises. Advenant un prolongement des épisodes de diarrhée, un état de malnutrition peut également s’installer. Tour d’horizon sur le traitement nutritionnel d’une gastro-entérite communément appelée la « gastro » au Québec!

L’approche nutritionnelle

L’approche nutritionnelle de la gastro-entérite vise à corriger la déshydratation et à rétablir l’équilibre acidobasique ainsi que d’assurer une bonne hydratation afin de conserver un état nutritionnel optimal.

Réhydratation

La réhydratation par voie orale demeure le traitement à prioriser. Celle-ci est beaucoup moins coûteuse que le traitement intraveineux utilisé pour les cas de déshydratation sévère. La solution de réhydratation par voie orale est constituée d’une quantité optimale d’eau, de glucose et d’électrolytes afin de remplacer les pertes occasionnées par les vomissements et/ou les diarrhées. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le ratio optimal de glucose : sodium qui devrait être privilégié est le suivant : 1,4 : 1. Le respect du ratio est important puisqu’une trop grande quantité de glucose entraînera une diarrhée osmotique et une quantité insuffisante de glucose ralentira le processus de réhydratation. Certaines solutions du commerce sont spécialement conçues pour répondre à ces critères. On peut penser entre autres à Pédialyte™ ou Gastrolyte™.

Afin de diminuer les pertes de liquide sous forme de diarrhée, l’utilisation d’une formule à base d’amidon de riz plutôt que de glucose pourrait réduire la quantité de selle de façon significative. La littérature est toutefois controversée à ce sujet et les produits disponibles sont peu fréquents encore sur les tablettes des pharmacies.

Conseils pratiques concernant les solutions de réhydratation orale

  • La solution de réhydratation ne devrait pas être diluée avec du jus puisque le ratio glucose : sodium serait modifié lui aussi et donc, sous-optimal.

  • En présence de vomissements, la solution de réhydratation orale est utilisée avec succès et contribue à diminuer les vomissements. La tolérance est améliorée lorsqu’on administre la solution en petites quantité mais fréquemment.

  • Les alternatives suivantes ne sont pas conseillées en remplacement de la solution orale de réhydratation : l’eau de riz, les solutions maison, les jus de fruits, les boissons gazeuses, les bouillons, les soupes du commerce, les boissons pour sportifs.


Phase de maintien de l’hydratation

Après la phase de réhydratation, c’est-à-dire au plus tard 12 heures après le début de la solution de réhydratation, d’autres liquides comme l’eau, le lait et le jus sans sucre ajouté peuvent être ajoutés à l’alimentation tout en s’assurant une consommation de liquide plus élevée qu’à l’habitude.

Alimentation adéquate

La reprise d’une alimentation tôt ou la poursuite de l’alimentation a une multitude d’avantages comprenant la diminution de la durée des symptômes, la protection/reconstruction de la muqueuse intestinale après un jeûne ou une infection, l’évitement d’une augmentation de la perméabilité de la muqueuse intestinale, l’amélioration de l’état nutritionnel et la prévention de la malnutrition.

Conseils pratiques concernant la réintroduction des aliments pendant ou après une gastro

  • Réintroduire l’alimentation solide avec de petits repas fréquents, bien équilibrés, riches en énergie et en faciles à digérer.

  • Il n’y a aucun ordre précis pour la réintroduction des aliments solides. La tolérance individuelle varie d’un individu à l’autre.

  • Les aliments contenant de l’amidon semblent être facilement tolérés et contribuerait à diminuer le volume et la quantité des selles. Privilégiez ainsi le riz, le blé, la pomme de terre, le pain et les céréales, ainsi que les viandes maigres, le yogourt, les fruits et les légumes.

  • Certains aliments à teneur élevée en sucres simples devraient être évités tant que la diarrhée n’a pas cessé à cause de leur charge osmotique élevée qui pourrait exacerber la diarrhée. Évitez les jus sucrés, les gelées à saveur de fruits, les confitures, les boissons gazeuses, etc.

  • Les aliments très riches en gras peuvent être mal tolérés puisqu’ils retardent le passage des aliments de l’estomac vers le petit intestin.

  • Il ne faut pas s’alarmer si le nombre de selles augmente suite à la réintroduction d’aliments. L’aspect et la quantité normales des selles reviendra après 7 à 10 jours.

  • Les probiotiques ne semblent pas avoir d’effets s’ils sont pris pendant les épisodes de gastro-entérite. On peut cependant prévenir la diarrhée du voyageur avec certaines souches de probiotiques pris avant un voyage.


Finalement, le traitement nutritionnel de la gastro-entérite vise en priorité à corriger ou à maintenir une hydratation adéquate, puis à réintroduire des aliments graduellement afin de maintenir un statut nutritionnel adéquat sans exacerber les symptômes. Les recommandations ci-dessus s’appliquent aux adultes. Pour les nourrissons et les enfants en jeune âge, il pourrait s’avérer utile de consulter un nutritionniste ou un professionnel de la santé pour déterminer un traitement nutritionnel approprié.

publications

Book an Appointment

×