Les aliments auxquels faire attention durant la saison des allergies

Hubert Cormier

Hubert Cormier

5 Mai 2020

L’arrivée du printemps rime souvent avec pollen et allergies saisonnières! En plus des symptômes habituels, les personnes touchées par ces allergies peuvent parfois ressentir des symptômes similaires lors de la consommation de certains aliments alors qu’ils n’y sont pas allergiques du tout. C’est ce qu’on appelle le syndrome d’allergie orale ou syndrome pollen-aliment. Faisons la lumière sur ce phénomène.

Allergie alimentaire, allergie saisonnière ou syndrome d’allergie orale?

Une allergie alimentaire est une réaction d’hypersensibilité du système immunitaire en réponse à une protéine retrouvée dans certains aliments. Selon des données récentes tirées d’un rapport de Santé Canada en 2013, les allergies alimentaires toucheraient entre 5 et 6 % des enfants et environ 3 à 4 % des adultes. Une allergie saisonnière est, quant à elle, causée par l’exposition au pollen et aurait une prévalence estimée à près de 17 % chez les Canadiennes et les Canadiens. Les symptômes sont généralement déclenchés par le pollen de bouleau, mais d’autres types de pollen tel que le pollen de l’herbe à poux, de l’herbe, et de l’armoise (aulne) peuvent exercer les mêmes effets.

Le syndrome d’allergie orale ne se produit que chez les personnes qui souffrent d’allergies saisonnières et toucherait majoritairement les enfants plus âgés ainsi que les adultes. Certaines protéines des aliments possèdent une structure semblable à celles des différents pollens. Ainsi, en consommant les fruits et légumes qui ont des protéines ayant des structures similaires à la structure du pollen pour lequel une personne est allergique, le système immunitaire de la personne se déclenche, causant de l’inflammation ainsi que certains symptômes désagréables. C’est ce que l’on appelle des allergies croisées. Les antigènes qui, normalement ne réagiraient seulement qu’en présence d’une protéine de pollen, s’activent en entrant en contact avec un aliment XYZ alors qu’aucun lien n’existe réellement entre les deux.

Symptômes du syndrome d’allergie orale

Entre 50 et 70 % des personnes atteintes de l’allergie au pollen de bouleau souffrent également d’une allergie croisée. Différents symptômes peuvent se manifester lors du syndrome de l’allergie orale. Les symptômes apparaissent généralement quelques minutes après la consommation de l’aliment et sont typiquement concentrés dans les régions de la bouche et de la gorge. Les plus fréquents sont les suivants :

  1. Démangeaisons
  2. Enflure et brulures aux lèvres, à la bouche et à la gorge
  3. Écoulements et démangeaisons oculaires
  4. Écoulements nasaux
  5. Éternuements

Les symptômes peuvent être amplifiés durant la saison des allergies en raison de l’augmentation des anticorps spécifiques au pollen. Pour ce type d’allergie, il existe un faible risque de nausées, de vomissement, de diarrhée ou d’asthme. On estime qu’environ 10 % des personnes auront une réaction généralisée et 1,7 % des personnes peuvent même se rendre jusqu’à l’anaphylaxie. Parmi les aliments les plus susceptibles de causer des réactions anaphylactiques, on retrouve le céleri, la pêche, les noix de Grenoble ainsi que les arachides.

Aliments à éviter durant la saison des allergies selon le type de pollen associé


Adapté de : Zarkadas M, Scott FW, Salminen J, Ham Pong A. Common Allergenic Foods and Their Labelling in Canada - A Review. Canadian Journal Allergy & Clinical Immunology 1999; 4:118-141. Et Sussman, G., Sussman, A., & Sussman, D. (2010). Le syndrome d'allergie oral. Canadian Medical Association Journal, 182(11), 1210‑1211.

Recommandations

La cuisson des aliments permet généralement d’éviter une réaction allergique. Également, il semblerait qu’une plus grande concentration de la protéine allergénique se situerait dans la pelure. Peler les fruits et les légumes pourrait donc contribuer à limiter les réactions allergiques tout en permettant aux personnes qui n’ont pas une réaction trop sévère de continuer à consommer leur fruits et légumes favoris. Pour ce qui est des différentes noix et graines, la cuisson des noix n’arrive pas toujours à désactiver la protéine qui cause la réaction allergique. Il faut donc éviter d’en consommer, même si elles sont cuites ou rôties.

En conclusion, il est important de continuer de consommer les aliments qui ne causent pas de réaction allergique afin de favoriser une alimentation diversifiée et équilibrée. Bien que ces informations puissent aider les personnes à comprendre leurs allergies, il est recommandé d’aller voir un allergologue lorsque des symptômes de réaction allergique surviennent, puisque ce dernier sera en mesure de faire les tests nécessaires afin de poser un diagnostic et ainsi fournir des recommandations spécifiques en fonction du type d’allergie.

    Références

    1. Saunders, S., & Platt, M. P. (2015). Oral allergy syndrome. Current opinion in otolaryngology & head and neck surgery, 23(3), 230-234.
    2. Poncet, P., & Sénéchal, H. (2019). Actualités des réactions croisées pollen-aliment. Revue Française d'Allergologie.
    3. Nguyen, M. (2009). Le syndrome d’allergie orale. Médecin Qué, 44(5).
    4. Gouvernement du Canada, A. canadienne d’inspection des aliments. (s. d.). Syndrome d’allergie orale [Fiche de renseignements, matériel de référence].
    5. Sussman, G., Sussman, A., & Sussman, D. (2010). Le syndrome d'allergie oral. Canadian Medical Association Journal, 182(11), 1210‑1211.
    6. Association des allergologues et immunologues du Québec. Le syndrome pollen-aliment. http://www.allerg.qc.ca/Information_allergique/3_2_pollen_aliment.html (consulté le 9 janvier 2020)

    publications

    Book an Appointment

    ×