Les diabétiques de type 2 peuvent-ils consommer des desserts ?

Hubert Cormier

Hubert Cormier

4 Octobre 2019

Est-il possible d’être diabétique et d’avoir la dent sucrée ? Lorsque l’on sait qu’un régime alimentaire équilibré fait partie intégrante du traitement efficace du diabète, il est légitime de se poser la question. Penchons-nous donc sur le sujet pour savoir si la gourmandise pour les friandises, les desserts et autres aliments sucrés est un réel péché pour un diabétique ou s’il s’agit d’un mythe sans fondement.

Les besoins en glucides chez la personne diabétique

Les besoins en glucides d’une personne souffrant de diabète de type 2 sont les mêmes que ceux de la population générale. Ainsi, il est recommandé que l’apport énergétique quotidien provenant des glucides se situe entre 45% et 60% des calories totales. Plus précisément, une personne diabétique devrait consommer entre 45 à 75 grammes de glucides par repas et de 15 à 30 grammes par collation, si nécessaire. Pour ce qui est des sucres ajoutés, un apport journalier de 10% et moins des calories totales (soit moins de 200 calories pour un apport moyen de 2000 calories/jour) est acceptable alors qu’aucun effet délétère n’a été démontré sur le contrôle glycémique. Évidemment, il est essentiel d’individualiser la quantité et la répartition des glucides au cours de la journée selon les habitudes alimentaires de chacun des individus et pour y arriver, l’aide d’un nutritionniste est souvent indispensable.

Diabète de type 2 et activité physique 

L’activité physique fait partie intégrante du plan de traitement d’un diabétique alors que plusieurs études ont démontré que la pratique régulière d’une activité sportive avait des effets bénéfiques sur le contrôle de la glycémie, soit le taux de sucre dans le sang. Certaines personnes souffrant d’un diabète plus léger ne comptent donc que sur l’exercice pour contrer ces effets néfastes. Il n’est pas interdit pour ces dernières de prendre des desserts, mais une attention particulière doit être portée à leur type et leur fréquence de consommation. Par exemple, les pâtisseries préparées à la maison, où l’on peut contrôler soi-même l’ajout de sucre, les fruits et les produits laitiers sont à privilégier au détriment de produits transformés comme les biscuits et gâteaux du commerce. Il est toutefois permis de consommer ces derniers en quantité raisonnable et de façon modérée. De plus, la pratique de l’activité physique est encouragée, peu importe l’âge, et devrait également être régulière pour un contrôle glycémique optimal.

La méthode simplifiée du calcul des glucides pour contrôler sa glycémie

Une personne atteinte du diabète peut décider d’utiliser la méthode simplifiée du calcul des glucides afin de s’assurer de consommer une quantité adéquate de glucides – et de sucre ! Cette méthode se définit comme suit : 

    Plan d’alimentation individualisé indiquant une quantité prédéterminée de glucides pour chaque repas et collation.

    Les apports en glucides doivent demeurer les mêmes d’une journée à l’autre. Le mot d’ordre est la CONSTANCE.

    La quantité des portions consommées lors des repas doit être calculée.


    Lorsqu’on vit avec le diabète, il est nécessaire de connaître les quantités de glucides consommées lors des repas et des collations. Pour ce faire, les tableaux de valeurs nutritives et le système d’échanges de Diabète Québec sont des outils très utiles. La quantité de glucides par repas et collation déterminée par le plan d’alimentation devrait être respectée à 5 grammes près.

    Ainsi, un diabétique suivant cette méthode a tout à fait le droit de prendre un dessert s’il le désire, bien que cela nécessite une certaine gestion. Effectivement, la personne diabétique doit s’assurer, d’une part, de la quantité de glucides présente dans son dessert et, d’autre part, que celle-ci soit comprise dans le nombre total de glucides qu’elle se doit de respecter. Les sucres présents dans le dessert doivent remplacer d’autres aliments riches en glucides ingérés au cours d’un repas et non pas s’y ajouter. Ainsi, si l’on prévoit manger un dessert, on peut décider de ne pas accompagner son repas d’une tranche de pain ou prendre de l’eau à la place d’un jus.

    Les desserts chez le diabétique traité à l’insuline

    Certains diabétiques doivent avoir recours à l’insuline, une hormone permettant de réguler le taux de sucre dans le sang. Chez ces personnes, il est possible d’avoir un plan alimentaire plus flexible quant à la quantité de glucides à consommer aux repas et aux collations. Ainsi, il n’est pas obligatoire d’avoir un nombre fixe de glucides à respecter. Il suffit d’ajuster son insuline selon un ratio insuline/glucides déterminé par un professionnel de la santé. Il s’agit de la méthode avancée du calcul des glucides. Une personne utilisant cette méthode n’a donc pas besoin de surveiller son alimentation outre mesure. Le bon côté est que la personne diabétique peut manger ce qu’elle souhaite et consommer des desserts selon son bon plaisir. Par contre, le traitement à l’insuline ne contribue pas à l’adoption de saines habitudes alimentaires…

    Les desserts à privilégier pour une personne diabétique
    Bien que les desserts ne soient pas à bannir de l’alimentation des diabétiques, certains choix sont meilleurs que d’autres. Plus précisément, il est important de prendre en compte l’indice glycémique. Il s’agit d’un indice permettant de classer les aliments en fonction de la hausse de la glycémie qu’ils entraînent lorsque ceux-ci sont consommés. Ainsi, il est préférable d’éviter ou de modérer sa prise de produits transformés, tels que les biscuits et les gâteaux du commerce, puisqu’ils possèdent un indice glycémique élevé. À l’inverse, les aliments ayant un faible indice glycémique et une bonne valeur nutritive, c’est-à-dire riche en fibres, vitamines et en minéraux, sont à favoriser. 

    Voici une liste de choix éclairés :
    Les fruits
    Les produits laitiers faibles en matières grasses (yogourt et fromage)
    Une poignée de noix non salées (amandes, noix de Grenoble, noix de cajou, etc.)
    Les produits céréaliers à grains entiers (muffin, craquelins, etc.)
    Les pâtisseries faites maison (biscuits riches en fibres de type avoine et raisins, desserts faits à base de compote de fruits comme substitut du sucre, etc.)

    En somme, les desserts ne sont pas à exclure de l’alimentation d’une personne atteinte du diabète de type 2. Il suffit de ne pas en abuser et d’adopter quelques stratégies permettant de les inclure dans un plan d’alimentation visant une saine alimentation. Par exemple, réduire la taille de la portion de dessert et varier les sources de glucides en optant pour des choix plus nutritifs est idéal. Enfin, il est toujours permis de manger un dessert plus décadent occasionnellement. Au bout du compte, tout est question de modération.

    publications

    Book an Appointment

    ×